La jarretière

Jarretière_1

Les jarretières ont été portées depuis des siècles par les hommes comme par les femmes

pour faire tenir leur bas.

C’était un ruban lié au-dessous ou au-dessus du genou qui, au XVIe siècle, se croisait, entourant le genou.

Les femmes portèrent souvent des jarretières très riches garnies de joyaux.

 

 

Sous Louis XIII, les jarretières d’hommes formaient des rosettes.

Jarretière_2

 Dés le XVIIIe siècle,

on fit pour les jarretières des lanières à boucles avec œillets pour les ajuster à la jambe.

Jarretière_3

Jarretière_4Les jarretières furent souvent brodées et portèrent de galantes devises,

tel l’ordre de la jarretière fondé en 1348 par Edouard III d’Angleterre.

Cet ordre a pour devise : Honni soit qui mal y pense.

Les chevaliers portent l’insigne de l’ordre au genou gauche et la reine au bras.

 

Jarretière_5

La jarretière tant chérie était aussi cruelle.

Fortement serrée, elle étranglait les belles au point que nombre d’entre elles souffraient

de mauvaise circulation du sang.

Vers 1876, un corsetier français du nom de Féréol Dedieu se pencha sur la jarretière

et ses conséquences, c’est ainsi que naquit le porte-jarretelles

pour faire tenir les bas sans compresser la jambe.

 

Il est vrai que placée au dessus du genou, la jarretière développe l’imagination érotique.

Jarretière_6Dans un mariage,

la Jarretière est “mise en vente” afin de participer au départ dans la vie des jeunes mariés.

Le principe: les hommes donnent de l’argent pour faire monter la robe de la mariée,

alors que les femmes en donnent pour la faire baisser.

Si un homme gagne, il repart avec la jarretière,

si c’est une femme qui gagne, la jarretière reste à sa place!

On remarque que le jeu de la jarretière est de moins en moins présent lors des mariages,

puisque bon nombre de mariés préfèrent la liste de mariage.

 

http://www.blog.dentelle-et-habit.com/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_48.png