La petite oie enrubannée

Sous Louis XIV, quand Mazarin lança des édits contre le luxe,

proscrivant les broderies et les étoffes de soie, les hommes se rattrapèrent sur les rubans,

et ce fut alors une telle débauche que les merciers firent fortune.

Petite_oie_1Les élégants portèrent jusqu’à 300 aunes (1 aune = 120 cm) de rubans sur un seul vêtement.

Il y en avait sur les chapeaux, les cheveux, les cravates, les gants, les chaussures, les épées, les cannes.

 

C’était cette folie qui constituait la petite oie.

Petite_oie_2

 

http://www.blog.dentelle-et-habit.com/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_48.png

Leave a Reply