Un parfum suspendu

La pomme d’ambre, ou pomander, désigne une pépite d’ambre gris enchâssée dans une boule de senteurs.

On lui prêtait des vertus curatives mais aussi aphrodisiaques.

Le premier pomander est cité en 1174 dans un texte décrivant le présent offert

à l’Empereur Frédéric Barberousse par le roi Baudouin de Jérusalem.

 

Pomander_1À partir du XIVe siècle,

le terme de « pomander » désigne l’objet où prend place la boule odorante.

Il est constitué d’une petite cage sphérique s’ouvrant à l’équateur par une charnière et un ressort.

 

 

Au temps de la Renaissance,

les pomanders deviennent pièces d’orfèvrerie, ciselées en or, argent ou vermeil.

Pomander_2

Pomander_2_1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au tournant du XVIe siècle,

ils s’ornent d’incrustations de perles, émaux ou pierres précieuses, grenat, rubis, topaze, émeraude ou diamant.

Pomander_3  Pomander_3_1

 

 

 

 

 

 

 

 

Pomander_4 Pomander_4_1

Les grands pomanders se portent accrochés à la ceinture

ou en pendentif autour du cou.

Pomander_5Les plus petits,

parfois pas plus grands qu’un dé à coudre et reliés par une chaînette à une bague,

se tiennent en permanence au creux de la main.

D’autres se fixent en breloque à un bracelet, un collier ou servent de bouton à une cape.

 

 

Pomander_6_2Pomander_6

Pomander_6_1

 

 

 

 

 

Pendant les huit siècles de leur histoire,

les pomanders adoptèrent des formes très variées : crânes, crucifix, escargots, pommes, œufs, noix ou fleurs,

chacune ayant une signification symbolique et ésotérique particulière.

 

Les monogrammes, inscription ou motifs allégoriques dont ils étaient ornés, étaient supposés renforcer leur pouvoir.

Pomander_7_1

 

 

Pomander_7

 

 

 

 

 

 

On leur prêtait des vertus magiques protégeant des forces du mal et de la maladie.

Les princes et les nobles en faisaient grand usage,

comme les prêtres et les médecins qui comptaient sur leur présence pour se préserver de la contagion.

 

Pomander_8Pomander_8_1La fin du XVIIe siècle voit ces pouvoirs tournés en dérision.

Ils ne sont plus portés que par coquetterie et leurs senteurs lourdes

et entêtantes sont supposées servir l’art de la séduction.

 

Ils passent de mode au milieu de XVIIIe siècle.

 

 

 

 

 

http://www.blog.dentelle-et-habit.com/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_48.png

One Response to “Un parfum suspendu”

  1. sylvie dit :

    Bien ton blog hélène, il est bien documenté ….

    @ +

    Sylvie

Leave a Reply